Myopathie Myotubulaire

Recherche Phase pré-clinique Phase I ou I/II  

La myopathie myotubulaire est une maladie génétique rare et sévère de la musculature squelettique, due à des mutations du gène de la myotubularine (MTM1).
Les garçons atteints manifestent dès la naissance une importante faiblesse musculaire, une hypotonie et une détresse respiratoire.
Aucun traitement curatif n’est disponible à ce jour. Dans la majorité des cas, l’évolution est fatale dans les premiers mois de vie. Certains garçons atteints peuvent vivre jusqu’à l’adolescence voire au-delà, la survie dépendant alors d’une médicalisation importante et, souvent, d’une ventilation assistée permanente.

Généthon a initié des travaux sur le traitement par thérapie génique de la myopathie myotubulaire en 2004 en collaboration avec le docteur Anna Buj Bello, alors à l’IGBMC (Strasbourg), qui a ensuite rejoint Généthon et a pu montrer l’efficacité d’une stratégie de thérapie génique basée sur l’administration d’un vecteur AAV (Adeno Associated Virus) portant une copie normale du gène muté (Buj-Bello et al, Human Mol. Genet, 17, 2008).
En collaboration avec les équipes américaines de l’University of Washington à Seattle (Martin Childers) et de Harvard Medical School à Boston (Alan Beggs), Généthon a démontré l’efficacité d’une thérapie génique dans un modèle canin de la myopathie myotubulaire.
Le traitement a permis de corriger les symptômes de la pathologie et de prolonger la survie des animaux traités. Les vecteurs utilisés pour la thérapie génique ont été développés et fabriqués à Généthon (Childers et al, Sci Transl Med. 2014 Jan 22).

Aux cotés de l’AFM-Téléthon en France, la Muscular Dystrophy Association aux Etats-Unis, le Myotubular Trust en Grande-Bretagne, l’Andernson Family Foundation et la Joshua Frase Foundation ont participé au financement de ces travaux.

Sur la base de ces résultats précliniques, Généthon a collaboré avec la société Audentes Therapeutics, société de biotechnologies spécialisée dans le développement de traitements dans les maladies rares du muscle, pour mettre en place un essai clinique pour un traitement de thérapie génique pour la myopathie myotubulaire.

Le premier essai clinique de thérapie génique dans la myopathie myotubulaire, mené par la société de biotechnologies Audentes, a débuté hier, jeudi 21 septembre, aux Etats-Unis. Le premier patient a été traité, le 21 septembre, 8 ans seulement après la première preuve de concept chez le modèle murin, obtenue par l’équipe d’Ana Buj Bello à Généthon.

En effet, le produit de thérapie génique AT132, associant un AAV8 et le gène de la myotubularine, a été conçu par Généthon qui a mené toutes les phases pré-cliniques avec succès. L’essai de phase I/II, consiste à injecter, par voie intraveineuse, un vecteur AAV8 contenant une copie fonctionnelle du gène MTM1 codant pour la myotubularine, protéine défaillante dans cette pathologie.

« C’est un moment exceptionnel et une étape importante pour moi qui ait travaillé sur ce projet à Généthon depuis 8 ans. J’espère profondément que les résultats obtenus dans le cadre des études précliniques soient aussi positifs pour les malades » s’émeut Ana Buj-Bello.
« La technologie de pointe utilisée dans cet essai a été développée dans le cadre d’un effort collaboratif exceptionnel entre notre laboratoire Généthon et des équipes américaines. C’est le fruit d’un travail de longue haleine. Nous sommes heureux que ce candidat-médicament initié à Généthon, par Ana Buj-Bello et son équipe, soient aujourd’hui administré à un premier patient » souligne Frédéric Révah, Directeur Général de Généthon.

 

Communiqués de Presse