Maladie de Pompe

Recherche Phase pré-clinique Phase I ou I/II  

La maladie de Pompe est une maladie autosomique récessive qui entraîne une déficience de l’enzyme α-glucosidase acide (GAA). Le gène de l’enzyme GAA est situé sur le chromosome 17 (17q25.3). Plus de 300 mutations du gène ont été décrites jusqu’à ce jour. La maladie de Pompe infantile classique apparaît quand aucun des deux allèles ne produit d’enzyme fonctionnelle. Les formes tardives de la maladie de Pompe se développent lorsqu’il existe une déficience partielle de la production de GAA.

Cette pathologie est la conséquence de l’accumulation de glycogène lysosomal. Ce défaut conduit à l’accumulation de ce glycogène dans les lysosomes et peut entraîner des dommages tissulaires. Bien que toutes les personnes atteintes de la maladie de Pompe partagent la déficience enzymatique en GAA, la variabilité de l’activité enzymatique conduit à un large spectre de profils de la pathologie.

Une thérapie de remplacement enzymatique est disponible pour la maladie de Pompe, cependant elle a une efficacité limitée, une immunogénicité élevée et ne parvient pas à corriger l’accumulation de glycogène pathologique dans le tissu nerveux et le muscle squelettique.

Généthon développe des transgènes codant pour la GAA qui pourraient être exprimées et sécrétées par les hépatocytes. En utilisant des vecteurs adéno-associés (AAV) optimisés pour l’expression hépatique, le transfert de gène de la GAA permet de corriger l’accumulation de glycogène dans le muscle et le système nerveux central, et d’améliorer l’hypertrophie cardiaque ainsi que le dysfonctionnement musculaire et respiratoire dans un modèle murin de la maladie.