Granulomatose Septique Chronique

Recherche Phase pré-clinique Phase I ou I/II  

La Granulomatose Septique Chronique liée à l’X est une maladie génétique rare, qui touche essentiellement les garçons. La maladie est causée par mutation du gène CYBB réduisant l’activité enzymatique de la NADPH oxydase des cellules du système immunitaire, ce qui empêche la destruction des micro-organismes pénétrant l’organisme. En raison de cette déficience, les patients atteints de Granulomatose Septique Chronique sont prédisposés aux infections causées par des champignons et des bactéries.
Dès les premières années de la vie, les malades XCGD souffrent d’infections répétées, d’abcès parfois profonds, de pneumonies atypiques mais aussi d’inflammation chronique y compris au niveau des gencives ou au niveau du tube digestif.

La maladie est sévère et invalidante, nécessitant des traitements constants pour limiter les infections avec parfois de longues hospitalisations, et l’espérance de vie sans traitement est de 30 à 40 ans.
La greffe de moelle a fait des progrès et permet de traiter certains patients, mais cette approche n’est pas possible pour tous les patients.
La thérapie génique, basée sur la correction génique dans les souches hématopoiétiques autologues représente donc un espoir de guérison pour les patients ne pouvant bénéficier d’une greffe de moelle.

L’approche par thérapie génique consiste à exprimer le gène CYBB dans les cellules phagocytaires du patient grâce à un vecteur lentiviral.

Ce vecteur lentiviral a été mis au point par Généthon et ses collaborateurs. Les lots de vecteur qui seront utilisés pour traiter les patients sont produits à Généthon en conditions BPF (Bonnes Pratiques de Fabrication).
Généthon a obtenu auprès de l’Agence Européenne des Médicaments (EMA), la désignation « médicament orphelin » (Orphan drug) pour ce produit.

Généthon est promoteur d’un essai clinique multicentrique international (démarré en 2013 dès la première approbation recue des Autorités Anglaises) pour les patients porteurs de mutations dans ce gène codant pour gp91phox (concernant environ 75% des patients CGD).

Cet essai regroupe plusieurs équipes, en France, à l’hôpital Necker-Enfants Malades, en Angleterre au Great Ormond Street Hospital de Londres, en Allemagne à l’hôpital universitaire de Francfort et à l’Institut Georg-Speyer Haus et en Suisse au Children’s hospital de Zurich.
Cet effort international multicentrique est soutenu par la commission européenne à travers le financement par le 7ème programme cadre en Santé du projet Européen Net4CGD dont Généthon est le coordinateur.

 

Newsletter_net4CGD__2016_FINAL