Drépanocytose

Recherche Phase pré-clinique Phase I ou I/II  

La drépanocytose est une maladie génétique de l’hémoglobine, cette protéine contenue dans les globules rouges et qui sert à transporter l’oxygène à travers le corps. Chez les patients atteints de Drépanocytose, un défaut de structure de l’hémoglobine se traduit par une déformation des globules rouges qui prennent une forme de croissant, (ou de faucille, on parle donc aussi d’anémie falciforme).

La maladie, qui se manifeste par une anémie (se traduisant par une fatigabilité, des vertiges, des essoufflements…), une occlusion des vaisseaux sanguins, des accidents vasculaire cérébraux, une sensibilité aux infections et des crises de douleur sévères, a donc pour origine une mauvaise circulation sanguine liée à cet aspect falciforme caractéristique des globules rouges qui bouchent alors les petits vaisseaux sanguins.

Il s’agit de la maladie génétique rare la plus répandue au monde, touchant des millions de personnes. La maladie est très répandue en Afrique Noire, où un nouveau-né sur 65 est drépanocytaire, mais également dans les capitales d’Europe Occidentale, où une personne sur 2000 nait avec la maladie. Aux Antilles, 0.4% des nouveau-nés sont drépanocytaires. En France, on évalue à 300 le nombre de naissances annuelles d’enfants drépanocytaires, faisant de la drépanocytose la première maladie génétique de l’hexagone.

Le principal traitement utilisé pour cette pathologie est la transfusion sanguine. Celle-ci permet de rétablir une quantité normale d’hématies dans l’organisme et de faire disparaitre ou diminuer significativement les symptômes d’anémie et les risques d’accident vasculaire cérébral. Cependant, ces transfusions à répétition entrainent une accumulation de fer dans l’organisme des patients qui, avec le temps peut provoquer, des atteintes cardiaques, hépatiques et des problèmes hormonaux.

Aujourd’hui, Généthon développe une thérapie génique basée sur la correction de l’anomalie génétique présente dans les cellules souches hématopoïétiques (CSH) par insertion d’une copie fonctionnelle du gène défectueux dans le génome. Pour cela, les CSH issues de la moelle osseuse du patient sont prélevées, mises en culture puis transduites avec un vecteur lentiviral portant une copie « saine » du gène de l’hémoglobine à corriger. Les cellules génétiquement corrigées sont ensuite réimplantées chez le patient.

L’équipe du Dr. Fulvio Mavilio a développé un vecteur lentiviral permettant de transférer le gène thérapeutique de l’hémoglobine dans les CSH du patient. Il reste à valider l’efficacité et la sécurité du vecteur. Les lots de vecteur de grade clinique seront produits à YposKesi selon les bonnes pratiques de fabrication.