Rencontre avec Sonia Albini, chargée de Recherche & Développement

A quoi ressemble le quotidien d’un chargé de Recherche & Développement à Généthon ? Sonia Albini, qui occupe ce rôle au sein de l’équipe « Dystrophies Progressives », dirigée par Isabelle Richard, revient sur son parcours, décrit ses missions et détaille ses motivations.

De l’Italie à la France en passant par les Etats-Unis

Sonia Albini a plus d’une corde à son arc. Après un doctorat en génétique et biologie cellulaire en Italie suivi de deux ans de recherches postdoctorales à l’Hôpital Pédiatrique Bambino Gesù, elle s’envole pour la Californie où elle travaillera pendant 8 ans au sein d’un laboratoire de recherche spécialisé dans les pathologies du système musculaire, le Sanford Burnham Prebys Medical Discovery Institute. En 2017, Sonia rentre en Europe pour intégrer l’unité « Epigénétique et Destin Cellulaire » au CNRS/Université Paris Diderot. Deux ans plus tard, elle répond à une offre d’emploi sur le site de recrutement de Généthon. Son projet : s’éloigner du milieu purement académique. « Pour garder ma motivation et ma passion, il fallait que je puisse constater directement les résultats de mes travaux. » Elle se tourne ainsi vers Généthon, un laboratoire dont la priorité est de fournir des traitements aux patients pour améliorer leur vie de façon tangible.

portrait de Sonia Albini, chargée de recherche et développement à Généthon

A Généthon, une activité très variée

Aujourd’hui, les missions de Sonia sont très variées. Si les manipulations en laboratoire représentent 10% à 20% de son activité, elle exerce aussi diverses fonctions de gestion.

  • Gestion de projets à long terme
  • Veille de la littérature scientifique
  • Recherche de fonds
  • Communication scientifique

Surtout, Sonia encadre et supervise les projets de jeunes étudiants-chercheurs. Dans cette perspective, elle s’est donné pour but d’obtenir l’Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), titre universitaire le plus élevé en France qui lui permettra de devenir directrice de thèse.

« On travaille avant tout pour les patients »

« Je peux donner beaucoup à Généthon et Généthon m’apporte beaucoup en retour », affirme Sonia. Le suivi des familles de patients donne un sens à son travail : « Généthon adopte une approche thérapeutique. On ne travaille pas simplement pour publier des résultats, mais avant tout pour les patients. » Les avancées récentes, avec aujourd’hui 10 produits en essai clinique, constituent donc des moments importants : « C’est émouvant de voir que les recherches aboutissent et qu’on aide les patients, ça donne de l’espoir pour l’avenir. »

Sonia souligne aussi les bénéfices qu’elle tire de ses interactions avec les membres des autres départements, le tout dans une ambiance bienveillante : « Je ne suis pas isolée, je communique avec le business development et l’équipe des brevets, c’est enrichissant. La recherche est une activité qui demande de la patience et qui peut être frustrante. C’est plus agréable quand on est bien entourée et que l’on sent que tout le monde œuvre vers un même but. »

En savoir plus