Rencontre avec Peggy Sanatine, ingénieure d’études en cytométrie à Généthon

Quelles sont les missions d’une ingénieure d’études en cytométrie à Généthon ? Peggy Sanatine, en charge de l’activité Cytométrie au sein de la plateforme Imagerie-Cytométrie, vous dit tout.

Un parcours riche, entre public et privé

Suite à un DESS (équivalent d’un master aujourd’hui) en culture cellulaire appliquée, Peggy Sanatine a d’abord intégré une entreprise privée, où elle a eu recours à la cytométrie* pour développer de nouveaux anticorps monoclonaux, avant de se spécialiser dans le tri par cytométrie en flux au sein du Centre de Transfusion Sanguine des Armées. À cela, il faut ajouter ses expériences en start-up de R&D puis au service marketing d’un fournisseur de cytomètres, où elle réalisait du support applicatif pour les clients et dispensait des formations.

« Le laboratoire me manquait », confie Peggy. Ainsi, en 2007, elle répond à une offre d’emploi et rejoint Généthon. Très vite, elle s’épanouit à ce nouveau poste : « Je retrouvais le labo, la manipulation de plusieurs types de machines, le contact avec les projets scientifiques et mon activité de formatrice. »

La cytométrie à Généthon : formations et prestations

En tant qu’experte en Cytométrie au sein de la plateforme ImCy, Peggy a des responsabilités variées. L’une de ses missions consiste dans le suivi technique régulier de l’ensemble du parc de cytomètres et laboratoires de la plateforme : « Il est important que les utilisateurs aient accès à des machines en bon état et à un service de qualité. » Elle est aussi chargée de former toute personne, en interne ou en externe, qui voudrait utiliser les équipements de la plateforme en autonomie pour effectuer des analyses. Elle réalise également certaines prestations en Cytométrie, plus spécifiquement sur la partie tri cellulaire, mais également pour effectuer l’exploitation des données et la restitution des résultats. Elle se dit conquise par les équipements disponibles sur la plateforme : « On dispose d’appareils à la pointe de la technologie et complémentaires. Il n’y a pas beaucoup de plateaux techniques comme le nôtre. » La plateforme étant accessible à des acteurs externes à Généthon, Peggy gère aussi les aspects administratifs liés à l’accueil des personnes, par exemple en matière de sécurité et de facturation.

« C’est agréable par l’ouverture possible avec les laboratoires et entreprises qui font appel à nous. Nous collaborons avec de nombreuses personnes sur de multiples projets. C’est un poste polyvalent, je ne m’ennuie pas. »

« On peut arriver par hasard à Généthon, on n’y reste pas par hasard »

Si, au départ, Peggy a rejoint Généthon parce que la mission correspondait à ses attentes professionnelles, elle explique que rapidement, sa vision a changé : « On peut arriver par hasard à Généthon, on n’y reste pas par hasard. » Portée par les valeurs de l’association, elle apprécie tout particulièrement la dimension concrète de la mission de Généthon et le lien avec les patients. « Comme nous travaillons en lien avec l’AFM, nous recevons des familles de patients pour leur faire visiter le laboratoire. Je vois la plateforme Imagerie-Cytométrie comme l’un des rouages d’un projet plus grand, c’est une super motivation. »

Depuis son arrivée en 2007, Peggy a pu suivre l’évolution du laboratoire, notamment la part croissante accordée au développement clinique. Elle est heureuse de contribuer à la mission générale de l’organisation et de voir les projets de recherche aboutir et donner lieu à des essais cliniques et à des traitements qui peuvent changer la vie des patients. « Si je suis toujours à Généthon aujourd’hui, c’est parce que j’aime mon métier ! Mon activité est complète et je mets toutes mes compétences en action. » Le prochain défi pour Peggy ? Acquérir de nouvelles compétences en développant ses qualifications en imagerie et en traitement de données.

L’engagement associatif de Peggy dépasse son activité professionnelle à Généthon. Elle fait partie de l’association T des Chercheurs, qui chaque année, organise et anime bénévolement le Village Téléthon d’Evry. « J’aime beaucoup cet événement parce qu’il y a de nombreux aspects différents à gérer : l’animation, l’organisation, la sécurité, la gestion des sponsors… et aussi pour le contact humain. » Tant dans son métier que dans son engagement, il ne fait aucun doute qu’elle aime la diversité et le changement.

*La cytométrie désigne l’analyse quantitative, la mesure de certaines caractéristiques des cellules (taille, nombre, morphologie, phase du cycle cellulaire, ADN contenu…) à l’aide de composés fluorescents.

La cytométrie en flux désigne une méthode particulière de cytométrie, généralement utilisée pour analyser des cellules individuelles en suspension grâce à des faisceaux laser ; elle permet notamment d’acquérir rapidement des données sur un très grand nombre de cellules.

En savoir plus

>> La plateforme d’Imagerie-Cytométrie
>> Pourquoi travailler à Généthon ?
>> Nos offres d’emploi
>> Recherche & Développement à Généthon